Je ne peins pas l'homme, je peins le passage. Montaigne





samedi 26 février 2011

Portraits à partir des poèmes de la poète allemande Eva-Maria Berg









Sérigraphies sur papier Arches 300 g
Format 50 x 50 cm
Tirées en 4 exp.




sprache des porträts


bis zum schimmer
der haut in grau
sucht der maler
zwischentöne doch
wenn es um züge
des gesichtes geht löst
er lebhaft dessen
schweigen auf in
fragen die den
mund zum sprechen
bewegen


jusqu'au reflet
de la peau en gris
le peintre cherche
des nuances mais
s'il s'agit des traits
du visage vivement
il en dissout
le silence en
questions qui
incitent la bouche
à parler


die augen
wir haben die augen
gesehen
in stein
gemeißelt
von regen
und wind
in der dürrezeit
ausgehöhlt
von der sonne
ohne ausdruck
ein schwarz
das blicken misstraut
wohin wir auch gingen
sie sahen
uns
nach dass wir
spurlos
zu schatten
überliefen
les yeux
nous avons vu
les yeux
en pierre
ciselés
par pluie
et vent
dans la sécheresse
creusés
par le soleil
sans expression
un noir
qui se méfie des regards
où nous allions
ils nous
ont suivi des yeux
avec indulgence que nous
passions
aux ombres
sans laisser des traces

Poèmes d'Eva-Maria Berg





*l'oeuvre "En noir et blanc" a été sélectionné au 






Aucun commentaire:

Publier un commentaire